Point mensuel de conjoncture janvier 2011

Télécharger

La reprise de l’économique mondiale amorcée en 2010 devrait se poursuivre en 2011, passant de 5% à 4,4%. Dans les pays de l’OCDE, le taux de croissance des pays avancés est prévu à 2,5% en 2011 contre 3% en 2010. Dans les pays émergents et en développement, la croissance économique est prévue à 6,5% en 2011, en léger repli par rapport au taux de 7,1% enregistré en 2010. Malgré ce ralentissement en 2011, les principales économies émergentes, notamment la Chine, l’Inde et le Brésil continuent à soutenir la croissance mondiale, enregistrant des taux de respectifs estimés à 9,6%, 8,4% et 4,5% contre 10,3%, 9,7% et 7,5%, en 2010.

Les prix des matières premières ont enregistré de fortes hausses, en janvier 2011, comparés à la même période en 2010. Sur le marché de céréales, les cours du blé et du maïs ont enregistré respectivement des hausses de 54% et 58% contre une baisse de 3,5% pour le riz. Concernant les oléagineux, les niveaux de hausse sont estimés à 36% pour l’huile d’arachide, à 61% pour l’huile de palme et à 45% pour l’huile de tournesol. Sur le marché du sucre, le prix a crû de 12%. Concernant les produits industriels, les cours du coton ont été multipliés par deux et ceux du phosphate et de l’or ont respectivement augmenté de 21% et de 59%, en glissement annuel, en janvier 2011. S’agissant du pétrole, la hausse du niveau des prix est estimée à 25 % en janvier 2011 par rapport à la même période en 2010.

L’activité économique interne, mesurée par l’Indice Général d’Activité (IGA), proxy du PIB hors agriculture, a enregistré un repli de 4,5% en janvier 2011, en variation mensuelle.

Toutefois, en glissement annuel, l’activité économique a progressé de 4,7%, grâce à la bonne tenue des activités dans les secteurs tertiaire (8,0%) et primaire (4,7%).

L’emploi salarié du secteur moderne a enregistré une contraction de 2,1%, en janvier 2011, en variation mensuelle, à la suite de la baisse des effectifs relevée dans les industries (-3,9%), les bâtiments et travaux publics (-1,8%) et les services (-1,2%), atténuée par une hausse de 1,3% du sous-secteur commercial. Sur une base annuelle, une progression de 6,9% de l’effectif du secteur moderne a été observée.

Les prix à la consommation ont poursuivi leur hausse entamée au mois de décembre 2010, avec une croissance mensuelle de 0,5% en janvier 2011, du fait de la progression des prix des produits locaux (0,5%) et importés (0,6%). Sur un an, les prix à la consommation ont évolué de 4,0%.

La compétitivité de l’économie sénégalaise s’est dégradée de 0,5% par rapport au mois précédent, en liaison avec le différentiel d’inflation légèrement défavorable de 0,1% combiné à l’appréciation du franc CFA vis-à-vis des monnaies des principaux partenaires de 0,4%.

Les échanges commerciaux ont été marqués, en janvier 2011, par une hausse des exportations de 9,4% et une baisse des importations de 6,3%, en variation mensuelle. Ainsi, le déficit de la balance commerciale a diminué de 21 milliards en variation mensuelle.

Le début de l’année budgétaire 2011 s’est caractérisé un niveau de recouvrement relativement satisfaisant des recettes budgétaires, estimées à 88,5 milliards contre 85,8 milliards à fin janvier 2010, soit une hausse de 3,1%. Quant aux dépenses totales et prêts nets, ils ont progressé de 7,6 milliards (9,7) pour s’établir à 86,4 milliards. Au total, le solde global base ordonnancement (dons compris) est ressorti en excédent de 2,1 milliards contre un excédent de 7 milliards en janvier 2010. Quant au solde budgétaire de base (y compris PPTE et IADM), il est estimé en excédent de 9,8 milliards.

La situation projetée par les institutions monétaires, à fin janvier 2011, a fait ressortir par rapport au mois précédent une amélioration de la position extérieure nette, un renforcement du crédit intérieur et, en contrepartie, une expansion de la masse monétaire.

Télécharger