Note de conjoncture mai 2010

Télécharger

L’économie mondiale poursuit son redressement, entamé au cours des derniers mois de 2009. Les dernières estimations du Fonds Monétaire International (FMI), font ressortir une croissance de 4,2% en 2010, contre une baisse de 0,6% en 2009. La reprise économique mondiale serait principalement tirée par les pays émergents, notamment la Chine et l’Inde. Dans ce contexte de redressement de la conjoncture économique et financière, des pressions inflationnistes ont été enregistrées dans de nombreux pays. Au cours du mois de mai 2010, le système financier international a été marqué par l’adoption d’un mécanisme européen de stabilité financière visant à endiguer laj crise qui touche la plupart des pays européens, notamment la Grèce. Au titre des taux d’intérêt, les banques centrales des principales économies occidentales maintiennent leurs taux directeurs inchangés. Sur le marché des changes, l’euro reste sur une tendance baissière par rapport aux principales devises, notamment le dollar. Concernant le marché des matières premières, les cours ont globalement évolué en hausse par rapport à la même période en 2009.

L’activité économique interne, mesurée par l’Indice Général d’Activité (IGA), a enregistré, au mois de mai 2010, une légère hausse de 0,7% en variation mensuelle, du fait de la reprise des activités du secteur secondaire (5%). En glissement annuel, l’activité économique affiche une augmentation de 8,9% en mai 2010 et de 3,6% en moyenne sur les cinq premiers mois de 2010.

L’emploi salarié du secteur moderne s’est contracté de 0,1% par rapport au mois précédent, consécutivement à la baisse de 0,1% des effectifs dans le secteur tertiaire. Les principales contraintes évoquées par les chefs d’entreprises durant le mois de mai 2010, portent sur l’insuffisance de la demande dans les sous-secteurs de l’industrie et du commerce, la faiblesse des commandes et le non recouvrement des créances (Etat et secteur privé) dans les bâtiments et travaux publics et l’environnement des affaires dans les services.

Les prix à la consommation poursuivent leur tendance baissière en enregistrant un repli mensuel de 0,3% au mois de mai 2010. En glissement annuel, les prix à la consommation ont progressé de 0,6%, alors que la moyenne des cinq premiers mois de 2010 fait apparaitre une baisse de 0,1%.

Comme au mois précédent, l’économie sénégalaise a enregistré durant le mois de mai 2010, des gains de compétitivité estimés à 1,6% en variation mensuelle, sous l’effet combiné du différentiel d’inflation favorable (-0,7%) et de la dépréciation du franc CFA (-0,9%). En glissement annuel, la compétitivité s’est confortée de 7,7% en mai 2010 et de 4% en moyenne sur les cinq premiers mois de 2010, sous l’effet du différentiel d’inflation favorable.

Les échanges commerciaux avec le reste du monde au cours du mois de mai 2010, ont été marqués, en rythme mensuel, par une baisse de 13,8% des exportations et une hausse de 54,6% des importations. En glissement annuel, les exportations et les importations de biens ont progressé respectivement de 3,2% et de 61,1% en mai tandis qu’en cumul sur les cinq premiers mois de 2010 les taux de progression sont ressortis à 13,9% et à 7,7%.

S’agissant des finances publiques, la gestion budgétaire à fin mai 2010 est marquée par un recouvrement satisfaisant des recettes budgétaires et une exécution prudente des dépenses publiques. En effet, les recettes budgétaires se sont confortées de 5,7%, tandis que les « dépenses totales et prêts nets » se sont repliés sur la période de 11%.

Enfin, la situation monétaire, à fin mai 2010 est caractérisée par une augmentation de 4,9 milliards des avoirs extérieurs nets, un renforcement de 23,6 milliards du crédit intérieur et, en contrepartie, une expansion de 28,5 milliards de la masse monétaire.

Télécharger