Fiscalité et Secteur Informel au Sénégal

Télécharger

RESUME

La présente étude s’intéresse au comportement des entreprises informelles sénégalaises par rapport à leurs obligations fiscales. La base de données de l’enquête sur le climat des affaires (ICA) réalisée par la Banque Mondiale en 2004 et portant sur 246 unités de production a servi de source d’informations pour une analyse microéconométrique. Les résultats révèlent que, globalement, l’impôt théoriquement dû par les entreprises non immatriculées ne représente environ que 3% de leur chiffre d’affaires. Parmi les déterminants du comportement des entreprises de l’échantillon à l’égard de l’administration fiscale, il apparaît que les indicateurs de visibilité, les sentiments vis-à-vis de la politique fiscale, la présence des agents de l’Etat ainsi que l’information exercent un effet positif sur la propension à l’enregistrement. En revanche, le niveau d’éducation, l’âge du chef d’entreprise, le taux d’imposition ainsi que la taille de l’activité révèlent un comportement anticipatif et maximisateur de profit.

Mots clés : secteur informel, modèle Principal-Agent, fraude fiscale JEL Classification : O17, D81, H26

Les auteurs tiennent particulièrement à remercier Monsieur Mamadou NDIONE de la Banque Mondiale. Les auteurs tiennent également à exprimer leur gratitude à Messieurs Aliou FAYE et Thierno MBOUP de la DGID, ainsi qu’à Madame Marie Delphine NDIAYE WADE du Cabinet Aziz DIEYE pour leurs échanges fructueux tenus lors de leur rencontre.

Télécharger